L'âge des Pourquoi


Il parait que la période des « Pourquoi » s’arrête approximativement entre 5 et 7 ans ?

Pas si sûr…


Ou alors, peut-être n’arrêtent-ils qu’oralement ?

Mais qu’ils continuent en pensées.


Dans cet article, vous apprenez comment faire pour que ces incessantes pensées et questions existentielles deviennent enfin utiles et satisfaisantes !


Avez-vous déjà remarqué que les questions commençant par « pourquoi » n’obtiennent que peu de réponses satisfaisantes ?


Quelques exemples à compléter par vous-même :


« Pourquoi je ne parviens pas à ….? »

« Parce que je suis nul(le)… »


« Pourquoi je suis comme ci ou comme ça ? »

« Parce que je n’arrive pas à être autrement… »


« Pourquoi j’agis de telle manière dans tel contexte ? »

« Parce que c’est comme ça… »


« Pourquoi je n’arrive pas à perdre/gagner du poids, arrêter de fumer, avoir confiance ? »

« Parce que c’est plus fort que moi… »


Vous jugerez par vous-même l’inutilité totale de chacune des réponses ci-dessus.

Vous pouvez aussi remarquer que ces réponses amènent souvent à des autocritiques, des jugements, des croyances limitantes rendant toute amélioration bien compliquée.

Ça donne envie, non ?


Et si le problème, ce n’était pas les réponses mais les questions ?


Petite bande-dessinée (qui démontrera au passage mes indubitables compétences informatiques) :

Voilà comment tourner en rond, ne pas changer et rester dans sa problématique !

En se demandant "Pourquoi".


Cependant, il s’agit de préciser que tous les « pourquoi » ne sont pas à jeter systématiquement !

C’est à vous d’identifier les contextes dans lesquels la réponse obtenue et vos pensées autour de cette réponse ne vous apportent rien d'utile ou de satisfaisant.


Comme vous l'avez lu, pour changer cette mécanique stérile, vous n’avez besoin que d’un mot, et d’un seul !


Comment…

Oui ce mot, c’est : « Comment »


Avant d’en expliquer davantage, quand apparait une problématique, selon vous ?

Bien souvent, quand plusieurs solutions ont été testées mais qu’aucune ne résout le problème.

C’est ce que l’on appelle les solutions inefficaces.

Vous savez, celles qui ne détiennent pas l'information dont vous avez besoin pour changer/évoluer/vous améliorer, etc...


Reprenons l’exemple cité dans l’article « Comment entretenir votre malheur ? »


L’histoire de l’homme qui cherche ses clés au pied du réverbère, non parce qu’il les a perdues à cet endroit mais parce que « ici du moins, il y a de la lumière pour chercher… »


C’est fréquemment ce qui arrive et c’est aussi ce que nous faisons dans certaines problématiques émotionnelles, malheureusement. Parfois sans même le percevoir !


Non seulement nous ne sommes pas au bon endroit, mais en plus, l’évitement de la solution est total ! Évidemment, puisque ce n’est pas la bonne question !


Imaginez cet homme, au pied de ce réverbère, se demandant :


« Pourquoi je ne retrouve pas mes clés ? »


Vous vous doutez bien qu’aucune des réponses à cette question ne va lui être d’un grand secours…


Imaginez maintenant qu’il se demande :


« Comment je peux les retrouver ? »


Notez que la ou les réponses du « comment » vont amener immédiatement du concret, des façons de faire nouvelles et différentes qu’auparavant. De plus, sur ce modèle, chaque réponse obtenue est déclinable pour vous orienter vers plus de précisions chaque fois. Exemple :


« Comment je peux retrouver mes clés ? »

« En cherchant ailleurs. »


Comment je peux chercher ailleurs ?

« En organisant ma recherche. »


« Comment je peux organiser ma recherche ? »

« En commençant par ici, à cet endroit précis. »

Etc…


Comme ce sont des problématiques souvent rencontrées en cabinet, reprenons les exemples du début de cet article sous la forme du « Comment » et avec une subtilité en plus.

Mieux, faites l’exercice qui suit avec quelque chose que vous voulez améliorer chez vous :


« Comment je peux prendre plaisir à perdre/gagner du poids, arrêter de fumer, avoir confiance en moi, etc ? »


Et pour plus d’efficacité et de précision, demandez-vous ensuite :

« Par quoi ça commence ? »



En seulement deux questions :


« Comment je peux prendre plaisir à … »

« Par quoi ça commence ? »


Vous vous permettez:

- de fonctionner différemment,

- d’arrêter les solutions inefficaces

- et surtout d’en apprendre bien plus sur vous qu’avec du « pourquoi ».


Et pour encore plus d’efficacité, encouragez-vous à le faire à l’écrit !

Car l'action d'écrire permet de synthétiser vos pensées, ce qui a pour résultat de rendre plus concret ce qui se passe dans votre tête...


Voilà pour cette astuce de pédagogie personnelle.


Vous pouvez laisser vos commentaires et partager vos avancées en bas de cette page.

Profitez-en pour poser vos questions aussi !


Et enfin, si il y a un sujet que vous voudriez voir aborder ici, sous forme d’article, inscrivez-le en commentaire ou contactez-moi via le formulaire de ce site.


Je me ferai un plaisir d’y répondre le plus pertinemment possible.


Merci pour votre attention et à bientôt !



Francky Thomas

64 vues

Centre Hypnose Narbonne

Francky Thomas

 

20 rue Xavier Ruel

11 100 Narbonne

06.52.79.55.97

fthypnose@gmail.com

Facilités d'accès :

Accès / Toilettes pour personnes handicapées

Ascenseur

Parking gratuit

Ligne de bus A - B - E, arrêt " Creissel "

DONNÉES PERSONNELLES

MENTIONS LÉGALES 2020